[./accouchement.html]
[./electrisation.html]
[./les_brulures.html]
[./l27ecrasement.html]
[./systeme_circulatoire.html]
[./intox_alimentaire.html]
[./les_fumees.html]
[./tension_arterielles.html]
[./les_hemorragies.html]
[./la_noyade.html]
[./traumatisme_cranien.html]
[./systeme_ventilatoires.html]
[./les_bilans.html]
[./principe_du_dsa.html]
[./l27utilisation_du_dsa.html]
[./notre_equipe.html]
[./notre_materiel.html]
[./nos_missions.html]
[http://www.swisstools.net/guestbook.asp?numero=104983]
[./notre_metier.html]
[./programme_tv.html]
[./horoscope.html]
[./meteo.html]
[./prioritaire_ou_pas.html]
[./les_liens_utiles.html]
[./news_5.html]
[./news_1.html]
[./news_2.html]
[./cca_2006.html]
[./contact.html]
[./contact_webmaster.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Tension artérielle




1 - DEFINITION

      La pression artérielle représente la force orientée perpendiculairement à la paroi de l'artère. La pression du sang dans les artères est la résultante de 3 facteurs
            
- Le débit cardiaque,
      
      - Les résistances offertes par le réseau des vaisseaux sanguins (résistances                   périphériques),
      
      - Le volume sanguin circulant.



      2 - TECHNIQUE DE MESURE

      La Pression Artérielle se mesure par des méthodes très variées. La méthode la plus employée repose sur l'utilisation d'un brassard gonflable. Pour être juste, la mesure doit être réalisée avec un brassard dont la taille est supérieure ou égale au diamètre du bras.

Il existe des brassards de petite taille pour les enfants.


            
A - L'appareil de mesure

Le "brassard à tension" se compose :
      
- d'un brassard muni d'un système de velcro et dont la partie gonflable devra être placée au contact de l'artère humérale (prise de TA au bras).
      
- d'un manomètre relié au brassard gradué en centimètres de Mercure (cm Hg) ou en       millimètre de Mercure (mm Hg).
      
- d'une poire qui permet de gonfler le brassard.

Le manomètre est placé
      
- soit sur le brassard lui-même,
      
- soit sur la poire.


            B - Technique de mesure (au bras)

Mettre en place le brassard autour du bras en prenant soin de placer !a partie gonflable du brassard au niveau de la face intérieure du bras de façon a comprimer l'artère humérale.

Rechercher le pouls radial de la victime,

Bloquer la vis de blocage de l'appareil (voir schéma)

Quand le pouls est parfaitement perçu, gonfler le brassard jusqu'à un chiffre supposé supérieur à celui de la victime ; À ce moment là, le pouls n'est plus perçu, car la pression du brassard comprime l'artère humérale.

Dévisser progressivement la vis de blocage de l'appareil de façon à dégonfler le brassard. La pression du brassard diminue, quand celle-ci devient égale à la pression de l'artère humérale, le pouls est à nouveau perçu.

Noter le chiffre de TA lu sur le manomètre à cet instant.

Ce chiffre représente le chiffre de TA maxima de la victime.


            
C - Les résultats

      Chez l'adulte (20 à 40 ans). La pression artérielle normale est de 120 mm Hg. Ceci correspond au chiffre de TA maxima ou systolique.

Cependant, on mesure en pratique 2 éléments lors de la prise de TA
      
- La TA systolique ou maxima
      - La TA diastolique mesurable uniquement à l'aide d'un stéthoscope, minima

Une approche du chiffre de TA normale peut-être effectuée à partir de l'âge de la victime.

On estime comme normal le chiffre de 10 + 1 par dizaine d'années d'age.

Exemple : TA à 30 ans 10 + 3 = 13
            40 ans 10 + 4  = 14

Le résultat obtenu est en cm de mercure.

      Les personnes âgées ont souvent une TA élevée. Il n'est pas rare de rencontrer des chiffres voisins de 20 cm Hg chez une victime de 80 ans. Une chute de TA à 120 mm Hg chez un sujet habitué à une TA à 200 mm Hg est aussi grave qu'une chute de 120 mm Hg à 70 mm Hg chez un adulte.

      Chez les enfants au dessous de 10 ans, la TA normale est de 80 à 100 mm Hg. Aux alentours de 4 - 5 ans, une TA à 70 à 80 est normale. Cependant, la TA est souvent difficile à prendre chez ceux-ci du fait des difficultés de perception du pouls.

Remarque importante
      Un chiffre tensionnel seul ne veut rien dire. Il faut toujours l'associer à un nombre de pulsations cardiaques.
      Un chiffre tensionnel doit être interprété en fonction du chiffre habituel de TA de la victime qu'il importe de demander chaque fois que ceci est possible.
      Il est important de noter les éventuelles variations de TA que présente la victime. Les mesures répétées sont donc indispensables.



      
3 - REGULATION DE LA TA

      La régulation de la Pression Artérielle est destinée à harmoniser la distribution du sang dans les différents organes en préservant avant tout, et en toutes circonstances, la qualité de la circulation au niveau du cerveau.


            
A - Une pression artérielle correcte va dépendre

1. de l'efficacité de la pompe cardiaque donc du débit cardiaque.

      Chaque contraction ventriculaire propulse dans le réseau sanguin un certain volume de sang appelé volume d'éjection systolique (VES) de l'ordre de 80 cc.
      Le débit cardiaque correspond au volume ainsi éjecté à chaque contraction que multiplie le nombre de pulsations par minutes.

Débit cardiaque = volume éjection systolique X nombre de pulsations/mm



Remarque :
Ce débit varie en fonction
      
- de l'âge : il diminue avec l'âge,
      
du sexe : il est plus faible chez la femme,
      
- de la température : augmente en cas de fièvre,
      
- de la position de la victime - il augmente en position couchée, diminue lors du passage en position debout par baisse du retour veineux due au stockage du sang dans les parties inférieures du corps,
      
- de la digestion au cours de laquelle il augmente,
      
- de la grossesse au cours de laquelle il augmente,
      
- de l'émotion, de l'angoisse, de la température ambiante,
      
- de l'exercice musculaire dans lequel il augmente,
      
- de l'altitude

Le débit cardiaque dépend également
      
- des qualités de contraction du coeur,
      
- du remplissage des vaisseaux sanguins.


2. Des résistances offertes à l'écoulement du sang par les vaisseaux sanguins

      Si les vaisseaux sanguins sont dilatés, la PA va baisser. Si les vaisseau se contractent, la PA va augmenter. De nombreuses substances vont agir sur le calibre des vaisseaux sanguins.


3. De la masse de sang circulante

Qui intervient
      
- par son volume,
      
- par sa viscosité,
      
- par sa répartition.

      Toute diminution de la masse sanguine par hémorragie, séquestration de sang dans certains secteurs entraîne une chute de Tension Artérielle et peut conduire à l'état de choc par hypovolémie (voir cours sur le choc).

      Le stockage de sang au niveau des membres inférieurs est important. C'est pourquoi, lorsqu'une victime est en état de choc hémorragique, on peut lui relever les jambes afin de drainer le sang situé à ce niveau vers le thorax. Cependant, lorsque cette manoeuvre a été réalisée, il ne faut jamais rabaisser les jambes (ce qui équivaudrait à une seconde hémorragie).


      
      B - La régulation de la Tension Artérielle

La régulation de la Tension Artérielle se réalise
      
- par adaptation du débit cardiaque,
      
- par modification des résistances des vaisseaux sanguins (résistances périphériques),
      
- par modification du volume sanguin circulant.

Elle fait intervenir des facteurs nerveux et des facteurs humoraux.


      
4 - EN PRATIQUE

A- La mesure de Tension Artérielle n'appartient normalement pas aux gestes que pratique le secouriste. Cependant, les sapeurs-pompiers dans leur activité doivent savoir prendre une Tension Artérielle correctement.

B- La mesure de la Tension Artérielle ne constitue qu'un des moyens d'évaluation de l'état circulatoire d'une victime. Ce moyen doit obligatoirement être associé :
      
- à la mesure de la fréquence cardiaque,
      
- à l'étude de la circulation en périphérie qui s'étudie en examinant le temps de recoloration des ongles (Normalement immédiat).

C- Il faut noter l'évolution de la Tension Artérielle chez une victime et tenir le médecin informé surtout si celle-ci a tendance a diminuer. Ceci implique des mesures répétées, même si pour effectuer celles-ci il faut faire arrêter le véhicule.

D- En principe, l'appel aux secours médicalisés sera systématique
      
- si la Tension Artérielle est située au dessous de 8 cm Hg chez un adulte,
      
si la Tension Artérielle a chuté de plus de 5 points chez une personne âgée (ex : TA       habituelle = 17, TA lors de l'examen = 12),
      
- si la TA a tendance à chuter lors du transport,
      
- si le secouriste n'arrive pas à prendre la Tension Artérielle.

E- Tout malade présentant une chute de TA devra être systématiquement oxygéné (masque haute concentration - débit 7-8 l/min)


Remarque :

      Pour prendre une Tension Artérielle correcte, il est nécessaire de dénuder le bras de la victime si les vêtements sont épais (une chemise par exemple ne représente pas une gêne, une veste faussera la mesure).

      Il faut absolument éviter de remonter une manche en la roulant, ce qui peut faire garrot et fausser la mesure de Tension Artérielle.

      La Tension Artérielle se mesure habituellement au niveau du bras si les bras ne sont pas abordables, elle peut être prise au niveau de la jambe
      
- en plaçant le brassard autour du mollet ou de la cuisse,
      
- en prenant le pouls au niveau de l'artère tibiale (face interne de la cheville, derrière la       malléole).

Loading...